mardi 2 février 2010

Réponse émotive

Un jour, on me dira (encore) qu'on ne fout rien, en Arts et Lettres. Qu'on passe notre temps à s'amuser avec des caméras, dans une salle de montage, ou à faire les guignols sur une scène de théâtre.
Hé bien, à cette personne, je sais ce que je vais lui dire, dorénavant.

« Fais-moi une réponse émotive, pour voir, on en reparlera après. »

Mais qu'est-ce qu'une réponse émotive ? C'est aussi ce que je me suis demandée la première fois que j'ai su que j'allais devoir en réaliser une.
À la suite d'une lecture, d'un visionnement, ou de n'importe quoi qui implique l'idée de prendre connaissance d'une histoire, nous ressentons des émotions. Donc, une réponse émotive consiste à représenter visuellement ces émotions, à capter la première pensée, la première émotion. Le tout sans représenter quelque chose de précis, non plus. Ça peut être un collage, un dessin, de la peinture, de la couture, etc. L'important est de représenter et de pouvoir expliquer.

Ça m'a pris deux jours pour pouvoir la réaliser, la réponse émotive correspondant à ma lecture de la pièce Sur le matelas. Deux jours, une multitude d'idées et d'essais, de brouillons, d'éclairs de génie. De peinture sur mon bureau, de découpage de carton, d'aquarelle, d'encre de Chine, de collage, d'écriture et d'assemblage vague. Deux jours... avant d'arriver à un rectangle de 10 * 6 centimètres.

Alors, oui, je considère que ce qu'on fait n'est pas simple.




the sounds of silence - simon and garfunkel

2 commentaires:

L'homme de mauvaise foi a dit…

Ça fait pas mal de travail au pouce carré, ça.

Ok, pour la forme:

Vous ne foutez rien en arts et lettres. Vous passez votre temps à vous amuser avec des caméras ou à faire les guignols sur une scène de théâtre.

Tins toé!

Fille Imparfaite a dit…

Hé, le pelleteur de nuages ;)