mardi 29 décembre 2009

Ces temps-ci, je pleure en voyant une photo de la mer

Je ne suis pas l'eau, je suis la mer. Je suis cette mer cruelle et déchaîneé des jours d'hiver, cette eau qui monte trop haut sur les grèves pour se fracasser contre les maisons, pour détruire tout sur son passage. Je suis son écume de rage, ses furies noires lors des tempêtes d'hiver. Je suis cette mer douce et paresseuse des étés chauds et assomants, des neiges tranquilles et des glaces timides. Je m'avance à peine sur la plage pour lécher les pieds des coquillages, je clapote sans bruit autour des rochers pour ne pas les brusquer et je chante à l'oreille des marins, qui ne savent pourtant que trop que ce n'est qu'une parade. Que rapidement l'enfer reviendra, que la mer de toute son âme hurlera. Un rugissement profond de lion, un cri d'animal blessé, un hurlement de femme fière et enragée. Toutes ses blessures, toutes ses entailles, toutes ses morts regroupées en un long silence assomant avant la déchirure, l'espace défait devant tant de douleur liquide. Je me replie pour mieux jaillir, surprendre. Je suis fille de la mer, fille d'une femme dont les envies changent au gré des lunes, fille de cette force brute, intraitable et indomptable qu'est la mer.




toi et moi - tryo

Aucun commentaire: