samedi 4 juillet 2009

Dimitri Toshiba, suicidaire

Dimitri est un warrior.

Hier, scène de meurtre. Je pose mon ordinateur portable sur ma commode, à mon habitude, pour aller faire je ne sais quoi. J'ai oublié sur le coup, je crois bien. Soudainement, je sens une tension au niveau de mon pied. Horreur. Malheur. Je me retourne juste à temps pour voir Dimitri choir de ma commode, faisait une chute d'un mètre jusque sur mon plancher de bois franc.

Hurlement de mort. Frère Parfait qui croit que je viens de sauter du deuxième étage, ou de briser un Stephen King.

Hé bah non. Il s'était mis en veille parce que le couvercle avait fermé, mais était encore en parfait état. Pas de programme fermé, pas de bug avec le son, tout était en un seul morceau. Même, ma touche Z, qui avait décidé depuis quelques temps de prendre une petite pause syndicale, fonctionnait de nouveau !

C'est le genre d'expérience que je ne désire pas revivre de sitôt, par contre.
J'ai eu de la chance une fois, on ne va pas se faire des illusions pour une deuxième.



festin de pingouins - vilain pingouin

2 commentaires:

Croquette a dit…

Heho, je trouve que tu y vas fort avec ton «briser un Stephen King».

Les laptops, ça va, ça vient. Les Stephen King, c'est irremplaçable.

Fack les nerfs, fille.

Fille Imparfaite a dit…

C'était pour ça, le cri de mort. Genre "Tuez-moi pour le blasphème que je viens de faire". Pour un King, je serais déjà morte.