mardi 5 mai 2009

Le pouvoir d'un autre

J'aime te parler, mais je n'aime pas la boule qui se forme dans ma poitrine quand je le fais. Une boule d'anticipation, de désir, de pleurs et d'envies qui ne peuvent sortir, qui resteront toujours là. J'aime ta présence et ton sourire, mais pas la recherche que j'en fais. À chaque fois, j'ai chaud, mais j'ai mal. Je te vois et je pense à nous, à un passé jamais bien loin.
Parfois, il me parle sérieusement et j'ai une pensée pour toi. Parfois, il m'embrasse et j'essaie d'oublier comment toi tu le faisais. Parfois, nous sommes pleins de silence et je ferme les yeux pour ne plus entendre les tiens.
J'ai encore mal de toi.

Tu as encore une emprise sur moi et tu le sais, tu le sens, tu joues. Je reste droite, mais le soir, j'arrive et me blottis dans ses bras pour ne plus penser à ton étreinte. Je déteste les tremblements que tu crées, les sourires dont tu es l'instigateur, tout ce qui te touche. Craquer ne servirait à rien, c'est ce que je me dis et me répète, mais à chaque fois, il y a ça.

L'horreur. La saleté. L'immondice.

L'espoir.



je ne t'appartiens pas - marie-luce béland

2 commentaires:

Anonyme a dit…

mouais éffectivement ce n'est pas bien mais personne aura un control absolu sur toi donc je ne veux pas que cela se produise pour TON bien pour MON bien et encore plus pour SA survie!!!
586

Fay a dit…

Petit billet très triste et surtout très touchant...
Je te souhaite de t'en sortir !