samedi 25 avril 2009

Sérénité

Cette semaine, je suis allée parler avec mon enseignant de Philosophie. Pourquoi ? Parce que, sans que je sache pourquoi, j'en avais besoin. Sur un coup de tête, comme ça, j'avais besoin de me confier. Au sujet de quoi ? De mon avenir. Ce sacro-saint avenir qui me fait si peur, tant et si peu pourtant, ce gros crocodile aux yeux jaunes et au sourire malin.
Je suis sortie de son bureau soulagée. Soulagée ? Oui, mais ce n'était pas cela. Rassurée ? Non plus.
Disons, sereine.

J'avais besoin de cela. D'un avis extérieur à mon cercle habituel de connaissances, mais un avis qui me voyait tout de même évoluer dans mon quotidien. Quelqu'un qui n'en savait pas trop sur ma vie, qui ne voyait que l'étudiante, que le futur. Quelqu'un qui a été capable de me faire réaliser encore plus que ce que je voulais, je n'allais pas le trouver dans ma concentration actuelle. Comment dire ? J'aime les sciences, mais pas un métier m'allume au point de me faire rêver de le pratiquer pour toute ma vie.

Je suis en train de dessiner, lentement mais sûrement, le parcours de mes prochaines années. Un parcours que je veux bourré de découvertes, de moments fous et forts, de dépassement, de rêves et de passions. De tout. De moi. Et de penser que cela risque de mener à l'épanouissement de ma personne en quelque chose qui me fait me sentir bien, ça me rend heureuse.

Oui, sereine.



paper wings - rise against

2 commentaires:

Amélie a dit…

Ahhh, si tu savais. J'ai fais la même chose hier, avec mon enseignante de grammaire.

Et j'ai été la première surprise parce que ça m'a bien aidé à y voir plus clair. :)

Fille Imparfaite a dit…

@Amélie : Faire le point et s'arrêter un peu, ça fait toujours du bien :) Et mine de rien, les enseignants, quelles gens utiles !