samedi 25 avril 2009

La Visite de la vieille dame

Notre merveilleux cégep possède une troupe de théâtre, à savoir la troupe du Chameau. Cette année, la troupe allait mettre en scène La Visite de la vieille dame, de Friedrich Dürrenmatt.

Cette pièce à l'humour un peu noir et à la fin coup de poing raconte l'histoire de Güllen, pauvre village qui espère la venue d'une ancienne habitante du village devenue milliardaire. Pourtant, une fois la dame arrivée au village, elle leur soumet un terrible dilemme : cent milliards contre la mort de l'homme qui l'a jadis blessé, ou la pauvreté. Acheter la justice, le peut-on vraiment ? C'est donc avec la pensée de ce sinistre marché que l'évolution des mentalités des villageois se fait, graduellement, jusqu'à enfermer Alfred Ill, le vieil homme menacé de mort, dans la paranoïa la plus intense.
Et, finalement, dans la mort.

Accompagnée de mon Cachou, je suis allée voir cette pièce.
Et j'ai bien aimé.
Pas adoré, étonnament. Je ne sais pas, mais il manquait un petit "quelque chose" qui m'aurait donné envie de la voir encore et encore. Pourtant, la mise en scène était bien, les rôles tout de même bien joués, les répliques savoureuses... J'ai trouvé quelques longueurs au tout, pour ma part, mais rien de bien méchant.
Pour entendre mon Frère traiter un des personnages de salope avec sa voix grinçante de vieillard, j'aurais enduré encore bien des longueurs.
J'ai eu un coup de coeur pour son personnage, ainsi que pour la Zahanassian, parfaite dans son rôle de femme froide "toute en prothèses". Elle aurait certes pu varier son ton un peu, jouer avec plus d'intensité à certains moments, mais elle restait bonne. Vraiment, pour des acteurs débutants, c'était quelque chose ! La journaliste/Bobie me laisse par contre encore un goût amer en bouche -qui donc articule aussi clairement dans la vraie vie et avec aussi peu de naturel ?

Personnellement, j'aurais coupé plus tôt dans la pièce, juste après la mort d'Ill. Mais, à la suite de la discussion post-représentation effectuée avec Cachou, j'ai réalisé l'importance de la signification de la fin. Quand la Zahanassian part du village, en train, et que les personnages le suivent des yeux, c'est "leur dignité qui part avec elle". Vraiment, mon chou, si tu n'étais pas là pour donner un autre sens au monde, je ne sais pas ce que je ferais.

Une pièce qui contenait pas moins de cinq sciencesnaturiens sur quatorze comédiens, ça ne peut qu'être bon, de toute façon. Surtout une pièce écrite par Dürrenmatt, qui a un style qui me plaît définitivement.



four minutes - madonna & justin timberlake

3 commentaires:

La Brunette a dit…

& surtout un pièce ou le metteur en scène n'était pas la pour donner le cu aux techniciens quand partir les musiques, d'ou certaines longueurs.

Je suis allée voir la pièce aussi et j'ai bien aimé. Même chose pour la journaliste-Bobie, je trouvais qu'elle alourdissait la pièce.

Sinon j'ai beaucoup aimé le personnage de la vieille dame, j'ai été renversé par l'intensité de la comédien que j'ai eu de la peine à reconnaitre tellement le costume & le maquillage était parfait.

:)

Croquette a dit…

Journaliste-Bobbie: le consensus est général.
Je mets la vieille dame dans le même panier. Personnage intéressant, mais manque flagrant de diversité dans le jeu. On dirait qu'elle avait le bouton collé sur le ton «chiante/acariâtre/hautaine». Un peu de variation n'aurait pas fait de tort.

Sinon, c'était au poil. Bonne troupe, bonne adaptation, bonne mise en scène, franchement, une belle soirée malgré des petites longueurs.

Mais est-ce que je suis le seul à avoir trouvé la scène du meurtre de Ill étrange?

Fille Imparfaite a dit…

@La Brunette : Au moins, il a pu venir à la 3ème représentation =)

@Croquette : La scène du meurtre m'a aussi parue étrange. Pas assez intense à mon goût. Ou enfin,,, disons qu'il manquait quelque chose.

Aux deux : Parfait, je ne suis pas la seule à ne pas avoir aimée la journaliste-Bobie. Quant à la vieille dame, il aurait en effet pu y avoir des variations, mais elle restait bien, dans son rôle de vieille mégère rancunière.