mercredi 11 février 2009

À mourir de rire

Mes colocataires me font rire. Je crois qu'ils pensent que nous ne comprenons pas l'anglais. En fait, c'est plutôt que nous n'écoutons pas leurs conversations. Parce que sinon, notre compréhension de l'anglais est excellente.
Pourquoi je dis cela ? Parce que tantôt, alors qu'un des amis de deux de nos colocs parlait fort, j'ai capté un moment de leur dialogue. C'était en relation avec l'éclairage de l'appartement -notre magnifique éclairage, je me dois de le préciser. Oui, ça fait très night club et on a l'impression de sortir de la quatrième dimension, mais tous les passants trouvent ça beau et nous, on trouve que ça donne de la gueule à notre appartement sans style. Conseil de leur ami, donné à The Guy : let's go, fight back.

Quoi ?

Laissez-moi rire.
On parle de deux personnes qui ne font que rarement leur vaisselle et aucunement le ménage. Qui se laissent traîner sans se ramasser. Qui jouent à RockBand jusqu'à deux heures du matin, peu importe la journée de la semaine, dans un bruit plutôt intense qui plus est. Qui ont mis deux sacs de poubelle dans l'armoire sous l'escalier, donnant un délicieux fumet de nourriture en décomposition à notre lieu commun. Qui nous imposent leur fumée secondaire de cigarette et d'une autre substance à la légalité douteuse.
Ces deux personnes voudraient donc fighter back pour un simple éclairage d'appartement ? Pour une ampoule verte, déjà présente à leur arrivée, et un éclairage violet, installé en remplacement des deux ampoules brûlées depuis belle lurette ? Voyons donc.

Je ris, je ris.



conga - gloria estefan

3 commentaires:

La Brunette a dit…

Ah sérieusement, des colocs anglophones, c'est pas reposant.
Pas que je ne les aime pas, mais ... c'est pas reposant!
Et le plus drôle, c'est qu'on comprends si bien ce qu'ils disent... mais eux aussi, eux aussi...

arrachecoeur a dit…

T'as de bons arguments s'ils veulent fighter back, en tout cas.

Laisse-toi pas piller sur les pieds, on n'est plus en 1763.

Fille Imparfaite a dit…

@la brunette : pour ça que nous, contrairement à eux, on ne parle pas d'eux quand ils sont là ;)4

@arrachecoeur : et en plus, ce ne seraient pas les premiers que nous jetterions dehors...