mardi 10 février 2009

Maladie du sommeil

L'insomnie, ou ce trouble que je ne pensais pas avoir un jour.
C'est dur de gérer cela. Je ne dors pas, ou trop peu. À vrai dire, mon nombre actuel d'heures de sommeil par nuit se situe entre cinq et zéro. Ce qui, lorsqu'on s'apprête à affronter une lourde journée de cours, de notes et de laboratoires de Chimie, est très peu utile. Juste assez pour fonctionner, mais pas assez pour être allumée et de bonne humeur. Le soir, crevée, j'arrive pour me coucher... et le cycle recommence.
Une fois de temps en temps, c'est un peu d'hypersomnie qui me frappe. Après une ou deux semaines de yeux ouverts sur mon plafond, je dors si longtemps que j'en suis fatiguée lorsque je me réveille. Malheureusement, c'est juste une fois de temps en temps.
J'ai le temps d'être malade avant.

Comme ce matin. Pas assez de sommeil et je suis clouée à mon lit, le coeur dans la gorge, les yeux piquants, le corps frissonnant dans son chandail de laine et l'envie de me lever pour filer en classe, tout en sachant que si j'ose redresser ma silhouette, je vais m'effondrer. Je veux aller terminer la matière en Physique, forcer sur le laboratoire de Chimie, m'exalter sous les propos de mon enseignant de Philosophie, apprendre la nouvelle en Mathématiques.
Mais si je me lève, je vais m'effondrer.

Mes capacités spatiales sont au plus bas, je n'arrête pas de m'envoyer toutes les portes possibles au visage et de tomber en bas du lit de Chevreuil quand je me tourne. Ma peau est plus sèche que celle d'un iguane, je pèle au moindre frottement d'ongle. Mon mal de coeur est terrible, j'ai envie de dormir en petite boule sur le plancher de la toilette, au cas où. Quant à mes baisses de pression, elles surviennent dès le réveil et m'assurent que je vais rester allongée.

Pourquoi suis-je insomniaque ? Je crois que c'est dû à un mélange de frustration, de tristesse, de stress et de nouveauté. Pourtant, c'est la première fois que je réagis ainsi à cela. Est-ce l'éloignement de chez moi ? J'avais de la difficulté à dormir, lors de mon voyage en France, mais la distance était bien différente. Puis, si c'est bel et bien cela, je n'ose imaginer lorsque je vais devoir aller à l'université. Y a-t-il des solutions, outre les remèdes de grand-mère et "me coucher dès que je suis fatiguée" ? Parce que ce dernier conseil ne fonctionne pas et que j'ai vraiment besoin de dormir.
Je me sens tout sauf bien.
Je n'aime pas être malade.



amalgame - les respectables

3 commentaires:

Hispong Elbayne a dit…

Un doigt dans le cul avec du Vicks.
C'est la solution à tous les maux des blogueurs ;)

*excuse-moi, elle était trop facile*

:P

Viv a dit…

Youppi! Je peux te laisser un commentaire! On ne se connaît pas, mais je suis tombée sur ton blogue sur celui de la Brunette. Je te lis depuis peu et je voulais te dire que je trouve ta plume très rafraîchissante. Ton style est coloré, vivant, vrai. C'est très agréable à lire et ça me fait sourire à tout coup! :)

Pour ce qui est de ton problème d'insomnie, je peux te dire que je compatis avec tes états d'âme parce que je suis moi-même insomniaque. Ça peut être causé par toutes sortes de facteurs, surtout le stress... Faire des siestes ça aide parfois à reprendre du poil de la bête. Ne désespère pas, je suis sûre que tu vas reprendre du mieux.

Fille Imparfaite a dit…

@hispong : non mais, les blagues de potache... *ton faussement réprimandeur*

@Viv : Merci pour le ompliment ^^
Et pour l'insomnie, je crois que c'est le stress, mais pour ce qui est de le gérer, j'ai encore du chemin à faire !