lundi 16 février 2009

Analyse bordélique

Mon ami Hairy m'a dit, quelques fois, que sa chambre était à l'image de sa vie : bordélique. Une vie point rangée, étalée un peu partout. Puis, il a ajouté que lorsqu'il aurait fait le ménage dans sa tête, sans doute qu'il allait enfin nettoyer sa chambre.
Je me sens un peu comme cela, actuellement. Mon bureau est un désordre total, mes livres s'emmêlent encore plus terriblement qu'avant, un million de possessions se côtoient sur ma surface de travail.
Pourtant, je n'aime pas le désordre. Je le supporte, dans un certain sens, mais je ne l'apprécie pas. Ce qui est encore plus paradoxal dans ce fait est que je suis, ces temps-ci, gravement pointilleuse sur la propreté du reste de l'appartement. Je passe le balai plus souvent que jamais, lave la vaisselle très régulièrement et endure encore moins les traces blanchâtres de pâte à dents sur le robinet du lavabo.

Si je devais interpréter cela à la manière d'Hairy, je dirais qu'à défaut de pouvoir organiser ma vie, j'essaie d'organiser tout ce qui y touche. Qu'incapable de mettre de l'ordre dans mes affaires personnelles, submergée par tout ce qui m'arrive en même temps et qui me rend folle, je tente au moins de conserver l'équilibre extérieur de ma vie. Ma façade, mon petit monde près de moi, les gens que j'aime. Plus que jamais, je me sens insécure dans ma position.
Mon intérieur est bordélique, mais mon extérieur et maniaquement rangé. À l'image de mes nuits sans sommeil cachées par mon sourire et ma bonne humeur, de ces départs qui me chamboulent et que je camoufle sous un faux air d'indifférence.



mon prof de gym - françois pérusse

3 commentaires:

Clovis a dit…

Ça me semble logique, mais dans ce genre d'identité magique entre l'être et son environnement, il y a moyen d'agir.

Nourris le plus fortement possible l'association entre ton bureau et l'état de ta cervelle, mets-y d'intenses efforts mentaux, puis range-le.

Efficacité garantie.

Entre cafés et daiquiris a dit…

Une chance que mon appartement ne ressemble pas au bordel de ma vie sinon... wooow! ça battrait un labyrinthe sans fin...

Fille Imparfaite a dit…

@Clovis : C'est ce que j'essaie de faire, hein.

@Café & daiquiris : Premièrement, Cafés et daiquiris = yummy. Deuxièmement... parfois, moi aussi, je me dis que si tout était à l'image de ma vie, je ne me retrouverais plus.