samedi 20 décembre 2008

Encore les études

Cette vérité était établie depuis bien longtemps, mais plus le temps passe, plus elle s'affirme : je suis incapable d'étudier en silence.

Chez moi, ça bouge tout le temps. Deux frères et une soeur qui ne s'arrêtent jamais, des amis qui entrent et sortent sans arrêt, la télévision et la musique qui gueulent, les animaux qui passent entre mes jambes, mon père qui s'amuse à souder dans la cave et ma mère qui rit au salon, avec ses propres amies. La tranquilité ? Une utopie, dans ma maison. Je me suis donc habituée à vivre dans le bruit. Je peux m'endormir au milieu de l'excitation générale, lire un livre alors que rien ne prête à une atmosphère de détente et suis capable de me concentrer malgré tout ce qui peut se passer. Je trouve cela vivant, rassurant. Étudier dans le bruit est également une de mes capacités, tellement développée que j'ai maintenant une incapacité à être seule lorsque j'essaie de réviser mes notes.
Au cégep, je vais étudier au salon des résidences. Parfois devant la télévision, d'autres fois où la table de billard. Des gens parlent fort, couraillent un peu partout, le son des émissions télévisées envahit la place. Et moi, je suis plongée dans mes livres, rien ne me dérange. Ma chambre est bien trop silencieuse à mon goût, je me déconcentre sans arrêt. Certains de mes camarades étudiants ne comprennent pas mon goût pour toute cette agitation, mais si ça me réussit, pourquoi pas ?

En ce moment, je suis dans la cuisine de ma maison et pas un bruit se fait entendre, tout le monde étant accaparé par de silencieuses occupations. Je suis seule avec ma Biologie et Dimitri. Même le chien n'est pas là, probablement en train de roupiller dans un coin de la demeure.
Incapable de me concentrer je suis.



she's so sorry - hedley

Aucun commentaire: