lundi 24 novembre 2008

Réaction chimique, et non, ce n'est pas l'amour

Mon enseignant de Chimie enseigne mal.
Pourtant, ce n'est pas par manque d'expérience, il a 35 années d'enseignement au collégial d'expérience derrière lui. Il sait comment enseigner à une bande d'étudiants déjà blasés de la vie et qui ne font qu'attendre que le cours finisse. Ce n'est pas là que se situe la lacune, loin de là. Il n'est pas non plus ennuyant, il sait faire des blagues parfois amusantes, animer une classe et essayer de nous motiver. Ce n'est pas non plus par un manque de connaissance de sa matière, je répète qu'il la connaît sur le bout des doigts, depuis le temps qu'il l'enseigne ! Je ne pense pas non plus que c'est une haine envers nous qui motive cette nullité. Nous sommes endormis et un peu hautains -il ne faut pas se le cacher, mais nous essayons sérieusement de réussir et nous pouvons être allumés. Nous participons même à ses blagues, c'est pour dire !
Non, c'est plutôt, comme dirait le Werewolf, qu'il est incapable de vulgariser sa matière. Il enseigne comme si nous savions déjà tout ce qu'il dit et comme si nous avions la science infuse -ce qui, malgré les apparences, est faux. Imaginez vous faire enseigner la théorie orbitale des molécules par quelqu'un qui saute sans arrêt du coq à l'âne, parle de notions dont vous ignorez tout et qui ne seront même pas dans l'évaluation sommative, fait des schémas sans indiquer clairement ce qu'il est en train de tracer et qui pose une conclusion sur une démarche incompréhensible.
C'est ce que nous vivons deux fois par semaine, si ce n'est pas trois quand nous sommes particulièrement chanceux.
Il est donc la cause d'une multitude de "J'comprends pas" de ma part, ainsi que du Biker, autre ambassadeur de notre incompréhension collective {j'exclus ici Chevreuil et mon Frère, qui eux comprennent tout en dormant sur leur pupitre}. La raison à nos échecs à nos évaluations, ses examens étant aussi clairs que sa méthode d'enseignement.
Et surtout, ma motivation à triompher de ma Chimie.



gardien de nuit - francis cabrel

Aucun commentaire: