dimanche 30 novembre 2008

Les délices de la paresse

La procrastination, c'est mal.

Il y a la saine procrastination, celle qui fait remettre le ménage au lendemain. Après tout, un minou de poussières de plus ou de moins n'est pas bien grave. C'est aussi celle qui nous fait regarder la vaisselle d'un air las et nous interroger sur notre désir de la faire -nul, évidemment. Elle n'est pas bien grave et n'a pas de terribles conséquences.
Il y a celle que l'on regrette un peu, déjà plus dure. Un devoir que l'on a préféré attendre pour faire et que l'on finit par faire rapidement, sans trop vraiment prendre son temps. C'est un coup un peu plus solide.
Et il y a la dure. La violente. La grave. Celle qu'il ne faut pas faire, au grand jamais, au risque de se faire tapper sur les doigts et d'avoir de mauvaises notes.

Vous savez, celle qui force deux jeunes collégiennes à faire tout un rapport de Biologie de quinze pages à remettre pour le lendemain en six heures alors qu'elles avaient plus d'un mois pour le faire.

Nous sommes indomptables.
Mais très productives sous la pression, c'est indéniable.



hells bells - ac/dc

2 commentaires:

bleue01 a dit…

Pour la vaisselle, j'ai trouvé un bon moyen, je me suis acheté un lave-vaisselle! Je devrais le recevoir demain!!!

Et pour les devoirs, tu me fais pensé que je suis comme ça moi aussi. Heureusement, je ne vais plus à l'école et je ne suis pas comme ça pour la job.. quoique...

Fille Imparfaite a dit…

@bleue01 : Un lave-vaisselle, c'est tellement la première choe que j'achète, quand je vais avoir une maison...