dimanche 16 novembre 2008

Il faut un peu de Risk dans notre vie

Du temps où je travaillais au cinéma, une vérité indéniable avait été énoncée : le samedi soir passe toujours plus lentement que le vendredi. Comme si quelqu'un s'amusait à renverser quelques fois le sablier, histoire de se moquer de nous. Les minutes s'égrènent trop lentement, l'horloge semble figée sur les mêmes chiffres et nous, on se sent tourné en bourrique. Combien de fois avons-nous regardé notre caisse enregistreuse avec des yeux pleins de désespoir, attendant avec impatience la fin de notre travail pour aller retrouver notre vie sociale, ou ne serait-ce que notre lit ? Ce devait être une certaine façon de penser, au fond. Une façon d'agir, de gérer notre temps. Le vendredi, nous sommes en forme, la fin de semaine commence, tout le monde a envie de sortir. Le samedi, c'est déjà plus pépère. Cette sensation de long samedi m'est restée, depuis ce temps. Pour moi, c'est une soirée qui n'en finit pas, qui s'étiiiiire de minute en minute. Trop de temps, alors qu'au fond, il y en a si peu.

Ce soir, j'ai eu un beau samedi qui a rapidement passé.

Le Risk, ça ne me quittera plus, je crois bien.
Plus le temps passe, plus je me découvre amateure de jeux de logique, de stratégie. Des jeux qui me font refuser toutes les alliances proposées, compétitive comme je suis. Qui me font rire, entre mes bévues et celles des autres. Qui me font savourer les répliques de La Fille, les sous-entendus vaseux et fendants du Survenant, les câlins du Werewolf. Qui me font anticiper cette année prochaine sans eux.
Des jeux qui me montrent que j'ai bien choisi ma famille d'amis.



atwa - soad

Aucun commentaire: