lundi 8 septembre 2008

R.I.P.

Wow... oh boy.

C'est un choc, hein ? Vieux, t'aurais pu nous avertir ! Nous le dire, au moins. Je sais, tu nous l'avais dit : 2007-2008, nous étions ta dernière cohorte. Après, tu prenais ta retraite. Mais... pourquoi fallait-il que ce soit aussi radical ? Et pourquoi maintenant ?
Tu venais d'être grand-père. Encore tes trois enfants qui semblent si jeunes, même si ce sont tous des adultes. À ta femme, maintenant seule à la maison. Penses à tous ceux à qui tu as enseigné, à tes collègues, à tes joueurs de volleyball, à ceux qui n'attendaient que toi.

J'imagine ta classe aux lignes du temps, vide de ta présence. Vide. Ton nom rajouté en 2008, sur la dernière ligne tracée. Non, tu ne pouvais pas mourir. Tout simplement pas. L'imaginer, c'était comme voir l'impossible. Tu devais tous nous enterrer. Nous devions tous revenir en Gaspésie, dans dix ans, pour te parler de ce que nous sommes devenus, te montrer nos enfants, te montrer que tes conseils ont servi. On se voyait jeunes adultes et toi encore fringant. Tu ne pourras pas profiter de ce que tu as accumulé, voir grandir tes petits-enfants, soigner encore tes petits sapins de Noël. Tu laisses tant de monde, trop de gens. Dieu voulait-il tant te voir ? Lui aussi aurait pu s'abstenir, le sacripant. Sans doute avait-il un travail important pour toi.


R.I.P. Claude Rioux, enseignant d'Éducation Économique et d'Histoire au secondaire, entraîneur de volleyball, entrepreneur et nouveau conseiller financier de Dieu



iris - goo goo dolls

Aucun commentaire: