mardi 2 septembre 2008

Provocante, tu l'fais exprès

Des fois, je me trouve franchement bonne à battre. Mon caractère particulièrement pointu a évidemment quelque chose à voir dans cette envie de me flageller, mais c'est plutôt mon côté provocateur que je trouve le plus susceptible de me valloir les foudres physiques et/ou verbales de mes tiers.

Par exemple : j'ai découvert qui ferme les rideaux de la cuisine. Ces rideaux qui, grands ouverts, nous permettent de savourer une splendide vue sur la forêt, sur Sosie Michaël qui marche et qui fait entrer les chauds rayons du soleil. La fautive ? La Gobeline. Oui oui, cette colocataire dont nous ignorons tout et qui nous impose la présence de l'Amant -a.k.a. son amoureux tout aussi inconnu et tout aussi anglophone.

Je suis dans la cuisine, en train de faire cuire tranquillement mon omelette, chantonnant à voix basse et profitant de la lumière de l'astre solaire. La Gobeline entre, suivie de l'Amant, qui transporte galamment son épicerie. Soudainement, lorsque j'ai le dos tourné, elle ferme les rideaux. "Ah ben, la Jésuite !" me dis-je en mettant mon souper dans mon assiette. Elle ne perdait rien pour attendre, l'anglophone vampirette. Je descends manger mon souper dans mon antre, équipée d'un devoir de Maths à faire et qui ne sera pas fait, quand je l'entends descendre. C'est là que mon côté provocateur se manifeste et que je file en haut sournoisement.

Pour ouvrir bien grand les rideaux de la cuisine.



boogie wonderland - earth, wind and fire

Aucun commentaire: