jeudi 25 septembre 2008

D'un monde froid

J'ai l'impression d'être seule.

J'ai besoin de contacts physiques. Élevée dans une famille chaleureuse j'ai été, il faut dire. J'ai besoin de serrer quelqu'un dans mes bras le soir, après une longue journée. De raconter ce qui m'est arrivé, de me ressourcer dans les récits des autres, d'échanger autour d'un repas. Juste le bruit des couverts et des voix, des rires. J'ai besoin de me coller une fois le soir venu, de baisers, de caresses douces, de dire "je t'aime" à des gens qui me le rendront. C'est drôle comme je me rends compte que dans mon entourage, je suis la seule à avoir été éduquée ainsi et à toujours le pratiquer. Comme si ma famille n'était pas normale. Pourquoi suis-je la seule à aimer et à le dire, à montrer à ceux que j'aime... que je tiens à eux ? Est-ce une maladie transmissible génétiquement ? Serait-ce une anomalie présente sur mon chromosome X ?

C'est le plus dur, avec le cégep.

De me priver, à chaque semaine, du toucher de mes proches. Gaspé ne me donne pas ce que je veux le plus : la chaleur. J'ai des amis, j'aime ce en quoi j'étudie, je m'amuse. Rien qui puisse déplaire, à première vue. Je semble heureuse, inutile de me le rappeler. Je serais bien folle de cracher sur tout ce que j'ai. Et pourtant, je voudrais tellement que quelqu'un me serre dans ses bras, juste pour me dire qu'il m'aime. Juste comme ça.

Juste pour sécher les larmes qui trempent mon clavier.



iris - goo goo dolls

3 commentaires:

Jacynthe a dit…

Je suis un peu comme toi. Quand je n'ai personne à qui dire bonne nuit, je me sens seule, même si dans la journée j'ai vu pleins de personnes. On dirait que les contacts qui ne sont pas dans l'intimité, dans notre chez nous, ce n'est pas pareil.

B|iTz a dit…

Oh ma belle chérie, je t'aime tant. Ça me crève le coeur de na pas pouvoir être auprès de toi en permanence. Je voudrais tant être la pour t'écouter, te consoler. Oublie le jamais...je t'aime.

Ze Brunette a dit…

C'est normal de se sentir comme ça, quand on quitte la maison. J'étais exactement pareil l'an passé.
J'ai appris a vivre ainsi et à encore plus apprécié les moments que je partage avec ma famille quand je peux les voir.